Mise en avant

Marie-José Étondo – Peintures

Marie-José Étondo Peintures exposition proposée par l'école municipale d'arts plastiques du 10 septembre au 6 octobre 2018 Médiathèque de Limay
© Droits réservés – Marie-José Étondo 2018

 

exposition proposée par l’école municipale d’arts plastiques du 10 septembre au 6 octobre 2018

Médiathèque de Limay
8 avenue du Président Wilson – 78520 Limay

lundi et mardi 14h-18h
mercredi et vendredi 10h-12h30 / 14h-18h
samedi 10h-12h30 / 14h-17h30

 

 

***

Artistes amateurs : inscrivez-vous au salon d’art de Limay

Le salon d’art de la ville de Limay s’adresse aux artistes non professionnels.
Il se déroulera du 27 septembre au 14 octobre 2018 au Centre d’exposition Les Réservoirs.
Les artistes amateurs du Mantois et au delà, sont invités à mettre en exergue leur talent et leur passion pour l’art pictural en participant à sa 27eme édition.

Le thème proposé est « Voir Limay en peinture… » dans un format imposé de 50x50cm, toutes techniques picturales et graphiques.

 


Téléchargements :
Règlement et fiche d’inscription

 

 

***

LES ATELIERS DE L’EMAP

EMAP

Exposition du 7 juin au 1er juillet 2018

Exposition des ateliers de l’école municipale d’arts plastiques

dessin, peinture, volume, gravure …
L’École Municipale d’Arts Plastiques est un établissement culturel de la ville de Limay. L’EMAP regroupe des ateliers de pratique et d’initiation aux arts plastiques. Encadrés par des artistes enseignants les ateliers sont ouverts à tous à partir de 7 ans.

Exposition aux Réservoirs et à la Maison d’accueil spécialisée « Henri CUQ »

 

__

Vernissage vendredi 8 juin à partir de 19h

__

Maison d’accueil spécialisée « Henri CUQ »
30 avenue Édouard Fosse -78520 Limay.
Visites sur rendez-vous : 01 39 29 60 69

 


Téléchargement
Invitation
plaquette de l’École Municipale d’Arts Pastiques – pdf (4,5Mo)

 

 

***

EN MAI, FAIS CE QU’IL TE PLAÎT

© Droits réservés – B.R.A.S.S. 2018

Exposition du 11 au 27 mai

En mai, fais ce qu’il te plaît

Berthold Bilukidi est un jeune dessinateur, styliste et créateur de mode. En cinq lettres, il plante le décor : B.R.A.S.S. « Be.Real.Artist.Sweet.Style », c’est un slogan qu’on peut traduire par « Être un artiste et avoir du style ». L’univers B.R.A.S.S. a pris forme en combinant le dessin, la rue, les graffitis, la peinture, la philosophie et l’histoire de l’art. Et pour lui, peindre sur un tee-shirt fut le premier support pour associer ces différentes choses. On raconte qu’il exerçait également son talent sur les portes de l’école municipale d’arts plastiques de Limay. Il y a bien chez lui, depuis le début, quelque chose qui évoque une union plastique de Basquiat et de Keith Haring ; ce sont des références assumées et revendiquées qu’il a eu le loisir d’affûter d’abord à l’EMAP de Limay puis à l’école supérieure d’art et de design de Reims dont il est diplômé. Là-bas, il a élargi son vocabulaire formel. Il recourt ainsi à de multiples médiums pour questionner les champs du design et de la mode. Le travail graphique s’est notamment enrichi d’une écriture déconstructiviste inspirée par l’architecte Zaha Hadid. Notons également que l’objet (ou les objets) de son travail convoque discrètement des considérations sociales, économiques et politiques. Le style s’est affiné !

L’équipe de l’EMAP et le service culturel sont fiers d’organiser la première exposition personnelle de Berthold Bilukidi. Pour cette circonstance, carte blanche lui est donnée aux Réservoirs pour un temps de création en résidence. L’occasion pour lui (et pour nous) de constater le parcours effectué par un « gamin limayen » qui, de son propre aveu, n’avait d’abord pas idée qu’il pouvait, lui aussi, emprunter les chemins de la création.

 

__

Vernissage vendredi 18 mai en présence de l’artiste, à partir de 19h.
Tenue « noir et blanc » ou total noir ou total blanc souhaitée !

 


Téléchargements:
Dossier de presse
Invitation

 

***

PAYSAGE-PALIMPSESTE

crédit photo Muriel Baumgartner

EXPOSITION du 29 mars/15 avril

Paysage-palimpseste

Un projet de création en partenariat avec le site géologique de Limay, pour la réalisation de livres LEPORELLO en gravure, collage, dessin et photo… Une exploration de la trace, la mémoire, l’absence, le recouvrement, le recyclable avec les élèves limayens du collège Albert Thierry et du lycée Condorcet réalisée sous la direction de l’artiste Muriel Baumgartner.

Vernissage vendredi 30 mars à 18h

 


Invitation

 

 

***

L’ART DANS TOUS SES ÉTATS 2017

Brunot Persat
Bruno Persat, Trying to make a work of art by thinking of Babylon…, frac île-de-france, 2011. © Photo : Martin Argyroglo

Exposition du 16.11 – 17.12.2017

Œuvres de la collection du frac
île-de-france, chap.8

Avec les œuvres de : François Arnal, Erica Baum, Carole Benzaken,
Julien Crépieux, Guillaume Dégé, Valérie Favre, Michel François,
Regine Kolle, Bruce Nauman, Bruno Peinado, Bruno Persat, Shimabuku, Noam Toran, Johannes Wohnseifer, Xavier Zimmerman

C’est une idée persistante selon laquelle il existe entre l’art et le sport une séparation du type franche opposition, voir un antagonisme. Cette idée s’invite volontiers dans des conversations qui se déplient spontanément entre visiteurs au cours d’une exposition par exemple, tandis que la boxe est qualifiée de « noble-art » et les joueurs de football les plus talentueux sont aussi « des artistes du ballon rond ». Si le langage laisse entendre qu’on prête aux sportifs un statut d’exception, alors le postulat de la rupture trébuche. On peut se demander si le sport est un art et les sportifs des artistes mais la polysémie des termes dessine une vaste arborescence qu’il semble vain de vouloir épuiser au moyen d’une simple exposition. Le sport est un ensemble plus vaste que les seules activités physiques, cette condition fait apparaitre la complexité de sa définition. C’est ainsi que des travaux de recherche en géographie du sport rassemblent les sports de compétition et les pratiques ludo-sportives dans l’expression « cultures sportives » parce qu’elles mettent en œuvre, selon des modalités diverses, des situations motrices dans des espaces appropriés. Les chercheurs évoquent une régulation des lieux, des temps, des liens et des liants (1) dont on peut déduire un caractère plastique notamment par la géométrie et les couleurs ; pour reprendre les termes de l’historien Michel Pastoureau (« les couleurs du stade » 1990) le match de football est « une symphonie polychrome ». Là où l’art fourni des outils symboliques, de façon incantatoire on peut dire que les cultures sportives ont toujours été un terrain d’exploration pour les artistes, ainsi dans la proximité de l’histoire de l’art on peut citer, pêle-mêle, Edouard Manet, Nicolas de Staël, Wim Delvoye, Richard Fauguet, la danse, l’équitation, la natation, le cyclisme, le volley ball etc.

C’est vers ce possible point d’intersection du « caractère primordial du rapport du sport à l’espace » (2) que tend aux Réservoirs l’exposition des œuvres de la collection du frac île-de-france car celles-ci rappellent que l’ordonnancement de l’espace est également une composante essentielle des arts plastiques.

vernissage vendredi 17 novembre à 19h

__

NB : l’œuvre de Bruno Peinado est visible à la médiathèque,
visite libre aux heures d’ouverture – 8 av. Président Wilson 78520 Limay.


(1) Jean-Pierre Augustin, « Qu’est-ce que le sport ? Cultures sportives et géographie. Annales de géographie 2011/4 (n°680), p. 361-382. DOI 10.3917/ag.680.0361

(2) François Vigneau, « Le « sens » du sport : conquête de l’espace, quête du plaisir », Annales de géographie 2008/4 (n° 662), p. 3-19. DOI 10.3917/ag.662.0003

 


Version imprimable
le frac île-de-france

 

***

 

DISSONANCES

du 14 septembre au 22 octobre 2017

M. Baumgartner, R. Penloup, J. Coquelin, O. Ponchut

ÉCARTS DISSONANTS

Muriel BAUMGARTNER, Josée COQUELIN,
Richard PENLOUP, Olivier PONCHUT

une exposition en deux chapitres imaginée par Olivier PONCHUT


Chap.I : Josée COQUELIN – Richard PENLOUP
du 14 septembre au 1er octobre
Chap.II : Muriel BAUMGARTNER – Olivier PONCHUT
du 5 au 22 octobre


 

Voulue comme la variante occasionnelle à l’exposition des travaux d’élèves de l’école municipale d’arts plastiques qui se tient habituellement à cette période, cette exposition prend le risque de ne présenter ni une vraie cohérence esthétique ni même une convergence de pratiques ou d’approches. L’intention en montrant le travail des enseignants est de dévoiler un autre aspect de l’EMAP d’où l’on pourrait déduire la liberté, non dénuée d’exigence, qui y règne. Pour garantir ce résultat, l’extrême variété des conceptions et réalisations des exposants suffira, mais elle complique singulièrement l’émergence de ce que toute exposition collective voudrait faire apparaître, une thématique commune, même subreptice, à défaut un fil conducteur, un lien. La difficulté ou même l’impossibilité à définir un périmètre englobant ne doit pas cependant être considérée comme un obstacle définitif à un tel projet, et ce sont bien ici les écarts voire les antagonismes qui sont à apprécier comme autant de preuves visibles d’une diversité portant sur tous les aspects de la création, de l’idée jusqu’à la forme, et l’incongruité prévisible de cette réunion était déjà un objet de curiosité capable à lui seul de la motiver.

Ceci étant, des contingences liées à l’espace et à l’organisation nous ont conduits à scinder l’expo en deux temps. Évidemment, à l’instant même où l’on opère la séparation en plusieurs ensembles, dans chacun d’eux les éléments se rapprochent. Cette scission volontaire qui écarte d’un côté et resserre de l’autre, procède sans doute de quelques connivences opposables à l’idée d’écart complet et sur lesquelles il n’est pas interdit de spéculer. On voit au passage qu’en matière de création, même lorsque l’on peine à trouver de la convergence, la divergence s’empêche d’être totale. Passée l’évidence de la distinction entre objets d’un côté et images
de l’autre, il faudra se résoudre à parcourir les deux moments de cette exposition comme une libre proposition à envisager l’étendue du champ des possibles.

Olivier Ponchut

 

__
Vernissages en présence des artistes
chap.I : vendredi 15 septembre – 19h
chap.II : vendredi 6 octobre – 19h

 


Téléchargements :
version imprimable
Invitation chap.I
Invitation chap.II

 

***